"Avec le club ViaTrajectoire, la mutualisation inter-région nous permet de mieux accompagner les utilisateurs."

L’exemple du club ViaTrajectoire illustre les avantages de la mutualisation interrégionale pour faire évoluer les outils numériques de santé et renforcer l’accompagnement des utilisateurs. 
 

Tamara Kuhbier, présidente du club ViaTrajectoire et responsable d’offre orientation au Groupement e-santé Occitanie, anime depuis un an la dynamique partagée par toutes les régions utilisatrices de l’outil ViaTrajectoire (16 régions).

 

Quelles sont les missions du club ViaTrajectoire ?

La mission de promotion des bonnes pratiques est menée sous la forme d’ateliers thématiques, une fois par trimestre. Par exemple, nous avons échangé sur les changements liés à la réglementation RGPD, sur l’interfaçage entre Viatrajectoire et le ROR (Répertoire Opérationnel des Ressources) ou encore sur l’ouverture de l’espace usager pour le module Handicap. Ces ateliers incluent des retours d’expérience de régions (méthodologie, difficultés et succès) et la mise en commun de ressources documentaires et de supports de communication.

La deuxième mission, celle de faire évoluer l’outil, facilite les échanges avec l’éditeur. Nous nous sommes structurés pour qualifier et prioriser les demandes d’évolution. Chacun a son rôle : le club Viatrajectoire discute des demandes et établit la liste, le groupe de travail national échange avec l’éditeur à partir de cette liste et suit la mise en œuvre. Ainsi l’éditeur n’est pas submergé de demandes par 16 régions, il reçoit une liste concertée, et le suivi est plus formalisé. Tout le monde gagne du temps et peut être assuré de prioriser les actions dans le sens de l’intérêt général, en mettant en avant celles qui sont attendues par le plus grand nombre d’utilisateurs sur l’ensemble des régions.

La troisième mission porte sur la fédération des acteurs, ceux qui pilotent, ceux qui déploient, ceux qui collaborent et ceux qui utilisent. Nous organisons notamment la journée nationale du Club ViaTrajectoire, tous les deux ans.

 

En tant que membre du club ViaTrajectoire depuis le début (2013) et présidente depuis 2019, quels sont les principaux avantages d’un tel club pour les professionnels de notre région ?

Nous travaillons avec les professionnels de l’Occitanie en nous appuyant sur les retours d’expérience des autres régions. Ainsi, pour préparer le déploiement du module Grand Âge, nous avons constitué des comités de pilotage départementaux, nos collègues des autres régions ont été une source de conseils précieux, au regard de leur expérience, pour que nous incluions dès le lancement des parties prenantes dont le rôle pouvait sembler secondaire. Ils nous évitent de faire les mêmes erreurs qu’eux. Nous reprenons aussi leurs bonnes idées, qui ont démontré leur pertinence sur le terrain. Ainsi, nous avons adapté un support de communication qui comprenait un volet détachable à remettre au médecin traitant !

Par rapport aux demandes d’évolution, nous portons au sein du club ViaTrajectoire les attentes exprimées par les professionnels d’Occitanie. Dans notre région, les demandes sont cohérentes avec la majorité des autres régions, elles sont donc généralement plus rapidement mises en œuvre. C’est là le vrai gain pour l’utilisateur, nous répondons plus rapidement à ses attentes.

 

Quelles ont été les contributions majeures de l’Occitanie à ce club ?

Nous sommes pionniers sur le déploiement coordonné des outils ViaTrajectoire et ROR dans le secteur médico-social, les deux outils sont utilisés par les mêmes professionnels dans un même objectif d’orientation vers l’offre la plus adaptée à la personne (patient ou usager). Nous intervenons donc régulièrement pour aider les autres régions qui souhaitent reprendre cette organisation.

Nous avons également partagé notre méthode de déploiement du module Handicap. Les délais tenus par rapport au périmètre régional et la rapidité de développement des usages ont intéressé les autres régions. Nous avons donc présenté notre mode opératoire : la gouvernance pré-déploiement, avec notamment l’inclusion d’un comité technique régional, ou les indicateurs de suivi des usages, post-déploiement…

Notre prochain objectif est de proposer au club un outil collaboratif pour faciliter et renforcer ces échanges.