“Le contact sur le terrain a permis d’être au plus proche des préoccupations exprimées par les professionnels”

Retour d’expérience de deux établissements d’Occitanie sur la mise en œuvre de l’INS (Identité Nationale de Santé) :  Les SSR Maison de convalescence Sunny Cottage et Al Sola.  Joelle Tixe, responsable qualité au sein des 2 établissements, revient sur le projet et l’accompagnement par le GRADeS e-santé Occitanie. 

Pourquoi avez-vous décidé de vous mobiliser sur l’identitovigilance ? 

Nous avons profité de la dynamique du programme SUN-ES pour nous mettre à jour sur divers points comme l’identitovigilance ou encore la cybersécurité. Cela a été très enrichissant. Notre prestataire dossier patient informatisé est opérationnel sur le DMP. Concernant l’INS nous avons commencé à qualifier les identités nationales de santé début avril. Nous avons un fort taux d’identité qui peuvent être qualifiées aujourd’hui. 

En quoi l’accompagnement du GRADeS a aidé votre structure ?  

J’appréhendais l’accompagnement par le GRADeS avec un peu de réticence mais ce dernier s’est finalement révélé être d’un réel intérêt.  

Cette intervention a pris plusieurs formes. Nous avons participé aux webinaires organisés par le GRADeS e-santé Occitanie, nous avons aussi eu une journée de rencontre sur le terrain sur l’établissement Al Sola. L’accompagnement par le GRADeS a aidé nos structures tout d’abord en informant de manière claire et précise les personnels qui sont chargés de renseigner l’INS.  

Le contact sur le terrain a été particulièrement positif, nous permettant d’échanger, et de mieux comprendre et aborder le sujet en étant au plus proche des préoccupations exprimées par les professionnels.  

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de la mise en place de l’INS ?  

En l’absence de matériel spécifique adéquat, nous avons rencontrées notamment des difficultés techniques. Comme par exemple les lecteurs de cartes vitales qui étaient défaillants.  

Combien de temps ce processus a-t-il pris ?  

Afin de déployer l’INS dans nos établissements, il a fallu s’organiser et acheter de nouveaux lecteurs de cartes vitales. Notre prestataire DPI s’est rendu très disponible ce qui nous a beaucoup aidé et nous a permis d’être efficaces dans nos actions. En 1 mois seulement, nous avons pu nous rendre opérationnels sur l’INS d’un point de vue technique. Cependant, une nouvelle phase débute : celle de la sensibilisation des personnels et de leur formation, des affichages et de la révision des procédures. Le processus complet devrait aboutir d’ici 2 à 3 mois.