Les services numériques pour la coordination, où en est-on ?

En Occitanie, le volet SNAC du programme e-parcours, soit le projet de mise à disposition d’un bouquet de services numériques d’appui à la coordination, a franchi deux étapes importantes ces derniers mois.
 

Les Services Numériques d’Appui à la Coordination (SNAC) sont un levier majeur pour faciliter la coordination et fluidifier les parcours en permettant aux professionnels exerçant dans les secteurs sanitaire, médico-social et social, d’échanger et partager des informations autour de la situation de l’usager. En Occitanie, le projet régional a démarré fin 2018, soit 4 ans après le lancement de l’expérimentation des 5 régions pilotes de Santé numériques (TSN). Le projet est donc relativement récent dans notre région, avec l’avantage de pouvoir capitaliser sur les retours d’expériences des régions pilotes.

 

Première étape : état des lieux et analyse des attentes

Première étape majeure, l’état des lieux et l’analyse des attentes des acteurs de la coordination ont été finalisés cet été. Les semaines de réflexion guidée sur chaque territoire, en avril et en mai, ont affiné une connaissance partagée des pratiques de coordination des Dispositifs d’Appui aux parcours, des structures et des libéraux.

Le constat principal porte sur la multiplicité et la diversité des « petits outils » mis en place à titre expérimental, faute d’autre solution, pour faciliter une forme de coordination entre les acteurs d’une même prise en charge. Les acteurs, ayant testé les limites et les difficultés de ces solutions ad-hoc, attendent l’aboutissement d’une solution régionale dématérialisée et l’harmonisation des pratiques.

 

L’interopérabilité, au cœur de la coordination

Le recueil des systèmes d’information utilisés par les participants à la coordination des parcours indique que, sur un seul territoire, plus d’une vingtaine de systèmes différents sont listés, et à l’échelle régionale plus d’une trentaine de SI doivent être pris en compte. L’enjeu d’interopérabilité est évident, il est prioritaire de ne pas demander aux professionnels de ressaisir des informations pour qu’ils utilisent les outils de coordination proposés.

Ces échanges ont également posé la question du périmètre géographique de cette interopérabilité, alors que le besoin d’échange d’information est élargi aux régions limitrophes à la région Occitanie (Nouvelle Aquitaine, Paca) et à l’Espagne et l’Andorre.

 

Les enjeux d’ergonomie et de consentement

L’accent a été mis, également, sur l’ergonomie des outils, leur accessibilité et un caractère intuitif, pour éliminer toute perte de temps de saisie.

Les acteurs sont fortement sensibilisés à l’importance du recueil du consentement du patient / de l’usager et des questions réglementaires sur l’échange et le partage de données sensibles. Une vigilance particulière sur la traçabilité et le périmètre du consentement (quelle information échangée/partagée avec qui) sera maintenue tout au long du projet.

 

La cible régionale d’un guichet unique

La cible régionale avec un point d’entrée unique, pour les professionnels ainsi que pour les usagers, répond aux pratiques des utilisateurs, notamment pour l’intégration des services socles. En effet, ce portail donnera accès aux outils numériques déployés en région en s’appuyant sur les services dits « socles » portés par le Groupement e-santé Occitanie et/ou par la CPAM (Répertoire Opérationnel des Ressources, Annuaires, Messagerie sécurisée de santé, Service de Rapprochement des Identités des patients/usagers, DMP, e-prescription). Des liens fonctionnels seront mis en place au cas par cas avec les outils existants (ex. logiciel métiers, …) de façon à faciliter les usages, harmoniser et simplifier l’utilisation des outils au quotidien.

Ces semaines de réflexion guidée ainsi que les travaux de la communauté de référents ont contribué à la rédaction du cahier des charges régional, le document sur lequel les industriels se basent pour répondre à l’appel d’offres régional des services numériques d’appui à la coordination.

 

Deuxième étape : publication du cahier des charges régional

La notification des accords-cadres par le Réseau des acheteurs hospitaliers (Resah), début octobre, a listé les prestataires pré-identifiés par la centrale d’achats publics. Chaque région peut ensuite retenir, parmi les quatre candidats sélectionnés, celui qui répond le mieux à son cahier des charges régional. En Occitanie, la publication du cahier des charges régional, mi-novembre, sera suivie par la réception des offres mi-décembre, et la mise en place du comité de sélection en janvier 2020. La notification finale est prévue fin avril. Les utilisateurs des territoires pilotes (Gers, Tarn et Garonne et Pyrénées-Orientales) peuvent prévoir une mise à disposition du bouquet de services numériques d’appui à la coordination fin 2020.