Projet SNAC (Services Numériques d’Appui à la Coordination)

Le programme SNACs, initié par la DGOS, vise à faciliter l’échange, le partage d’informations et la communication dématérialisée entre les intervenants dans le parcours de vie des usagers.

La feuille de route en Occitanie 

La nouvelle offre de services, baptisée SPICO (Système de Partage d’informations et de Coordination en Occitanie), s’appuiera sur une solution proposée par le groupe Sword. 

Le déploiement sera réalisé en région jusqu’à fin 2022.

 

SPICO comporte deux composants interconnectés.

Le premier est une messagerie instantanée  permettant aux différents intervenants (médecins, infirmiers, aide à domicile, etc.) d’alimenter des conversations autour du patient/usager ou d'une thématique. Ce mode de communication simple, sécurisé et confidentiel apporte un gain de temps dans le transfert d'informations et le suivi des actions. L'objectif est de le mettre à disposition des professionnels en fin d’année 2020.

Le second est un outil de coordination qui rassemble entre autres fonctionnalités, le dossier de coordination, le cahier de liaison dématérialisé, les agendas partagés accessibles à l'équipe de prise en charge identifiée, des formulaires paramétrables et des tableaux de bord d'activité. Celui-là sera progressivement déployé courant 2021-2022. 

 

Les professionnels auront accès en mobilité à la messagerie instantanée comme aux dossiers patients/personnes prises en charge.

La  messagerie instantanée, connectée à l'outil de coordination, disposera de fonctionnalités complémentaires telles que :

  • gestion des délégations
  • gestion de documents et stockage sur l'outil de coordination
  • sollicitation d'une équipe ressource

Un programme national pour la coordination

Enjeux du projet SNAC

Le projet SNACs (Services Numériques d’Appui à la Coordination) est un programme initié par la DGOS qui vise à faciliter l’échange, le partage d’informations et la communication dématérialisée entre les intervenants dans le parcours de vie des usagers. Le résultat attendu est une optimisation de la prise en charge, décloisonnée et fluidifiée entre les différents acteurs, garantissant la continuité et la cohérence des soins et des accompagnements.

Ces services numériques s’adressent à tout type d’utilisateur entrant dans le cadre de la coordination des soins (sanitaire et médico-sociale), et ont vocation à être utilisés : 

  • par l’ensemble des professionnels du secteur sanitaire (en ville ou en établissements de santé), médico-social et social, les CPTS, dans le cadre de la coordination de leurs activités relatives à la prise en charge des Usagers ; 
  • par les professionnels qui travaillent au sein des dispositifs d’appui à la coordination tels que, par exemple, des réseaux de santé (territoriaux et régionaux), des MAIA, des CLIC, des PTA, … 

En lien avec le plan « Ma Santé 2022 », l’objectif est d’équiper avec des services numériques adaptés, sur les territoires, un véritable collectif de soins qui associe les professionnels de santé de tous les métiers, les hôpitaux, les professionnels de ville et du secteur médico-social et social. Les services numériques pourront être utilisés dans le cadre des CPTS ou des autres groupements d’acteurs en santé (structurés autour d’une PTA ou sous une autre forme) participant notamment à l’expérimentation d’incitation à une prise en charge partagée lancée conjointement par l’assurance maladie et la DGOS. 

Par ailleurs, certains services doivent aussi être accessibles aux usagers et à leurs aidants, dans la perspective notamment de la mise en œuvre de l’Espace Numérique de Santé national dont l’ouverture est prévue d’ici 2022.