TéléO, module AVC aigu : un enjeu de santé publique

Lors d’un AVC, chaque minute compte. La télémédecine permet de traiter les patients atteints d’AVC sans délais. Plus de 1000 télédossiers télé-AVC ont été réalisés sur la plateforme TéléO en 2021.

Selon les données communiquées par l’ARS Occitanie en octobre 2021, l’accident vasculaire cérébral (AVC) est décrit comme une urgence absolue : 150 000 personnes sont victimes d’un AVC chaque année en France, soit un toutes les quatre minutes. L’AVC représente la 3ème cause de mortalité (1ère cause chez la femme) avec environ 30 000 décès/an, c’est aussi la 1ère cause de handicap acquis de l’adulte et la 2ème cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Le numérique pour une intervention urgente

La rapidité de prise en charge est un facteur primordial afin de réduire le risque de séquelles et de mortalité. En effet, un diagnostic réalisé dans les premières heures permet à un certain nombre de patients avec infarctus cérébral de bénéficier d’une thrombolyse. Le développement d’outils « système d’information » de la prise en charge des AVC est donc un réel enjeu de santé publique (cf. plan d’actions national AVC 2010-2014). 

En Occitanie, la télémédecine permet aux établissements qui ne disposent pas des moyens adaptés, sur site ou à proximité, d’obtenir l’avis spécialisé nécessaire. Le projet télé AVC a démarré en 2013 avec l’orientation et la prise en charge des patients en suspicion d’AVC. Ce déploiement s’est ensuite étendu à la gestion d’autres avis spécialisés concernant également la neurologie et la neuroradiologie.

Cas d’usages en Occitanie 

  • Le premier cas d’usage est une demande d’avis (télé-expertise) émise par un médecin urgentiste d’un établissement auprès d’une UNV (Unité Neuro-Vasculaire) de recours. Il est également possible de demander une téléconsultation, le patient se trouve alors au sein d’un Box d’Urgence et le référent neurovasculaire, sur un autre site, pilote lui-même la caméra, à distance.
  • Le deuxième cas d’usage est une demande d’indication de thrombectomie, émise par une UNV territoriale, vers un centre de recours qui dispose d’une UNV mais aussi d’un service de neuroradiologie interventionnelle.
  • Le module télé-AVC est également utilisé pour des cas d’urgences autres que les AVC. Les médecins urgentistes adressent des demandes d’avis neurologique vers les UNV territoriales.

« l’usage d’un outil rapide, confidentiel et sécurisé est réellement décisif »

Le Dr. Franck Labarrere, médecin urgentiste au Centre Hospitalier Intercommunal CHIVA en Ariège (09) utilise Télé-AVC régulièrement et partage son témoignage : « La télémédecine permet de rapprocher le patient des spécialistes, en particulier dans des secteurs éloignés. Le Centre hospitalier intercommunal des vallées de l'Ariège (CHIVA) ne dispose pas d’unité neuro-vasculaire, bien qu’il soit l’hôpital pivot du groupement hospitalier de territoire GHT. Dans ce contexte d’éloignement, l’usage de la télémédecine est donc un réel enjeu pour faciliter la prise en charge urgente des AVC en phase aigüe et obtenir ainsi un avis rapide des neurologues spécialistes. La décision thérapeutique, adaptée aux symptômes du patient, doit en effet être donnée dans les heures qui suivent la prise en charge du patient. Les attentes de la télémédecine et l’usage d’un outil rapide, confidentiel et sécurisé sont donc réellement décisifs. »  

Du côté d’une UNV de recours, le Dr Louis Fontaine, Neurologue au CHU de Toulouse, insiste sur l’importance d’une solution de télé-imagerie : « Son utilisation est cruciale, car elle permet de rendre un avis spécialisé en urgence et de statuer sur la prise en charge de patients admis à la phase aigüe de l’AVC dans un centre ne disposant pas d’unité neuro vasculaire. Elle permet également de décider avec les neurologues présents en UNV territoriale du transfert de patients en vue d’une éventuelle thrombectomie mécanique. »

TéléO, une plateforme de télémédecine pouvant prendre en charge les AVC  

Le module Télé-AVC de TéléO, une plateforme régionale de télémédecine, a donc été créé au regard d’un réel besoin terrain afin que les établissements très éloignés des sites d’expertises puissent bénéficier de l’expertise neuro-vasculaire. Courant 2022, le module télé-AVC va évoluer pour simplifier le formulaire de demande d’avis et le retour d’expertise du neurologue ou neuro-radiologue.

La plateforme régionale sécurisée pour la télémédecine d’urgence et l’échange d’imagerie TéléO peut aussi être utilisée pour des téléconsultations et des téléexpertises en programmé. Cette plateforme regroupe cinq modules, 2 permettant de réaliser de la téléconsultation et téléexpertise standard et 3 autres modules plus spécifiques consacrés à la médecine d’urgence et au transfert d’imagerie.